Ce qui me semble une évidence aujourd’hui ne l’a pas toujours été.
Ou du moins j’avais peur de son instrumentalisation à des fins essentialistes ou d’excuses pour les violeurs : chose qu’évidemment, je ne souhaite le moins du monde.
Mais comme partout, je trouve souvent des détracteurs à cette thèse et donc je vais revenir sur les différents arguments évoqués contre.


On me dit souvent que c’est du même genre que l’argument essentialiste pas mal entendu : « c’est un homme il a des pulsions, c’est normal, c’est la faute de la testostérone » pour justifier un viol. Là, il s’agit juste d’un profond malentendu : bien sûr que non, je ne crois pas à ce genre de théorie venant d’une certaines manière justifier le viol.
D’autant plus, que sinon la proportion des personnes ayant de la testostérone dans leur corps sans être hommes cis serait à peu près équivalente, ce qui n’est simplement pas le cas. Je réponds donc que c’est dû à la culture du viol dans une société patriarcale.

fignt Rape culture

A l’argument de la culture du viol, on me répond souvent : « Ah oui mais accuser la société, le patriarcat ou culture du viol, ce n’est pas déresponsabiliser le violeur en quelque sorte? ». A cet argument, je réponds : pas du tout, une explication n’est pas une déresponsabilisation au contraire. On ne choisit pas la société dans laquelle on vit mais on peut choisir comment on peut agir en allant à l’encontre des valeurs de cette société en acceptant d’en payer le prix.
La majorité de viols et agressions sexuelles ne sont pas considérés comme tels ce qui entraîne un très fort sentiment d’impunité. D’ailleurs, le viol est même considéré comme sujet de blagues (ah ah ah hilarant … nope).Et toutes tentatives de dénonciation sembent faire de nous des méchant-e-s sans humour anti liberté d'expression. D'ailleurs , certaines pages à clics en sont malheureusement remplis comme cette dernière par exemple

petit exemple ici

On me dit aussi que dire que « les hommes cis sont des potentiels agresseurs », c’est abandonner certaines victimes/ survivant-e-s sur le chemin.
Je ne nie pas que d’autres personnes puissent être des agresseur-e-s : cependant, au vu des statistiques, les hommes cis prédominent dans les coupables.
Mais vous allez me dire : et les non déclarations alors ? La culture du viol pousse en effet à penser qu’un homme cis ne peut être violé par LaFâme.
Oui mais combien de non déclaration chez les femmes : combien pensent qu’elles ne doivent rien refuser à leurs maris, petits amis et donc se forcent pour faire leur « devoir conjugal »(ou viol conjugal).
Oui le viol entre personnes opprimées de par leur genre existe (et j’envoie tout mon soutien aux personnes concernées).
Oui, les bases sur le consentement ne sont pas vraiment abordés et ce, dès le plus jeune âge, ce qui peut contribuer à faire de nous tou-te-s des violeur-se-s ? Les cours d’éducation sexuelle sont bâclés ou abordent seulement le côté médical (prévention IST, contraception, IVG).

Donc message à faire passer:

minions

 

minions 2