J'en ai plus qu'assez de voir des conseils , peu importe l'intention derrière, pour que les femmes évitent de subir une agression.
De là, à dire que la victime qui ne respecte pas ses règles soit coupable, il n'y a qu'un pas trop vite franchi.
Certain-e-s donnent des conseils d'autodéfense qui ne sont pas absurdes à priori mais qui me semblent incomplets dans le cadre de la prévention des violences.
D'autres envisagent de faire suivre aux migrants des cours d'éducation sexuelle.
En plus d'être foncièrement raciste, c'est totalement à  côté de la plaque étant donné le nombre d'agresseur français et bien blanc.


Je vois déjà les critiques venir:
Il n'y a pas que les homme cis qui agressent, certains peuvent même être victimes de ces violences.Je le sais.
Oui, les personnes non hommes cis peuvent aussi être agresseur-e-s entre elles.
Cependant, j'ai choisi cet angle suite aux évènements récents à Cologne avec notamment la réaction pourrie de la maire de cette  ville.


don't rape

1° Conseil:  Se rappeler que rien ne justifie la violence à part la légitime défense (je ne m'inscris pas forcément dans un cadre légal ici)

Cela peut sembler évident sauf que quand on regarde de plus près ,ben, pas tant que ça en fait.
Combien d'agresseurs se déresponsabilisent? Et cela sans être la caricature vilain méchant macho? Et cela même dans le milieu féministe?
"Ben oui quoi, elle l'a bien cherché cette torgnole, elle m'avait provoqué." 
"Ce n'est pas grave d'être violent avec des femmes féministes puisqu'on n'est pas d'accord avec elle et que moi ,homme, savent mieux qu'elles, femmes ce qui est bon pour elles."
Et ce ne sont que deux exemples parmi tant d'autres.

2° Conseil:  Se rappeler que l'agresseur, ça peut aussi être vous

Les 3/4 des viols sont commis par des personnes dans l'entourage de la victime en France à titre d'exemple.
Oui, il existe des violences subies en dehors de cadre et il faut aussi les dénoncer mais cele n'enlève en rien le côté minoritaire d'autant plus  quand ce sont celles là les plus médiatisées.
Non, les violences sexistes ne sont pas le fait forcément de"fou" et de personnes racisées.
Elles existent mais il faut rappeller que pour les personnes neuroatypiques, elles font plus souvent partie des victimes que des coupables.
Et pour les personnes racisées, elles servent juste de bouc émissaire pour les blancs racistes et se dédouaner de leurs propres violences.

3° Conseil: ne pas faire de blagues sur les violences sexistes

Cela peut sembler sans lien et pourtant, rire des violences les légitime donc il vaut mieux ne pas en faire même si ce n'est que de l'humour.
D'autant plus qu'en général, on rit rarement des violeurs et autres agresseursmais surtout des victimes ou des actes en eux même.
Rire des violences les banalise: ben oui, pourquoi condamner quelque chose de drôle?
Rire des violences permet souvent de faire dans la culture du viol
Et puis je ne vois pas comment on peut trouver drôle ces sujets.

Que faire si on est confronté à des blagues de ce genre?
Faire en sorte de ne pas rire et montrer sa désapropration.

4° Conseil (surtout pour les violences sexuelles) S'assurer du consentement de saon/ses partenaire(s)

Cela peut sembler évident et pourtant, sur Causette (torchon pseudo féministe) à titre d'exemple, on nous apprend que c'est un tue-l'amour.
Je pense que c'est plutôt le viol qui est un tue-l'amour mais bon visiblement, chacun-e ses priorités.
Mais bon,  ça ne m'étonne pas trop surtout après avoir lu une analyse intéressante de Crêpe Georgette à ce sujet.
Le consentement n'a pas à être sexy d'ailleurs mais est nécessaire.
Le consentement doit être verbalisé, explicite, enthousiaste et éclairé.