Je ne vais pas faire durer le suspense plus longtemps slut shaming comme prude shaming font partie de la culture du viol.
Et je trouve dommage que dans pas mal de discussions féministes assez généralistes, on ne parle que d'une de ces faces et pas de l'autre

shaming

Certes, la culture du viol ne s'exerce pas de la même manière mais les deux restent intrinsèquement liés .
Il s'agit en effet d'une énième injonction contradictoire du patriarcat qui dans les deux cas font fi de la volonté et du consentement des personnes oppressées par le système misogyne .
Elle exerce ainsi un moyen de pression pour contrôler la sexualité de celles-ci en stigmatisant les choix de ces personnes.

Au sexisme s'ajoute souvent d'autres oppressions comme la biphobie dans la catégorie slutshaming et l'islamophobie dans la catégorie prude shaming à titre d'exemple.
On peut donc devenir soi-même oppressifve en remettant en question la capacité d'agir(certes dans un contexte patriarcal) et de choisir de la personne.
Reconnaître le libre arbitre ne revient d'ailleurs pas à nier certains déterminismes sociaux dont on peut plus ou moins s'extraire mais permet juste d'éviter la condescendance et le mépris au mieux, perpétuer des oppressions au pire.

Est-ce que cela signifie qu'il ne faut plus faire d'analyse féministe à ce sujet?
Bien sûr que non! Mais peut être envisager d'auto analyser sa propre situation avant de commencer celle des autres et se rappeler qui est l'oppresseur.
Certaines féministes semblent avoir oublié ce détail quand elles virent de manif des féministes parce qu'elles s'habillent trop court ou trop long prétendant ainsi que l'oppressé-e est complice de sa propre oppression.

Rappelons également que quelque soit le choix que nous faisons,les hommes cisgenres s'en prendront à nous .
Le juste milieu n'existe pas :on doit être disponible mais pas trop, sexuelle mais pas trop sauf que personne n'atteint cet idéal.

Avoir une vie sexuelle comme ne pas en avoir ne devrait pas être un problème.
Pareil pour la tenue qu'elle soit courte comme longue.
Sauf si la personne vous demande de l'aide, laissez la personne tranquille
Cela semble aller de soi sauf que pour beaucoup malheureusement, ce n'est pas le cas.

corps démocratie

 

Certains hommes cisgenres vont me dire des phrases du style:
"Ouin ouin moi aussi ,on m'a insulté parce que j'étais puceau."ou alors "Ouin ouin , on me traite de salaud parce que je couche à droite à gauche."
Sauf que je trouve bizarre que ces messieurs en parlent la plupart du temps seulement quand les féministes l'ouvrent, le reste du temps, c'est lié à des oppressions subies par eux mêmes.

Je trouve étrange(non) que ce genre d'arguments soit sur des sites connus pour leur masculinisme (assumé ou non) .
Le "prude shaming " sert dans ce cas d'argument pour justifier leur "droit à coucher" sans aucune remise en cause réelle de cette injonction .
Cependant, la pression sexuelle sur les hommes à coucher pour être viril est réelle et fait partie du continuum de la masculinité toxique.
Quand à la comparaison "salaud" et "salope",il suffit d'un peu  de bonne foi pour se rendre compte que cela ne tient pas la route.

La plupart du temps, dans les deux cas, les victimes du patriarcat trinquent.